AUT(EU)RE

(Le français suit)

NATHANAËL is the author of a score of books written in English or in French, including Sotto l’immagine (2014), a treatise on the untranslatable ; the book of seisms,  Sisyphus, Outdone. Theatres of the Catastrophal (2012) ; the cycle of notebooks, Carnet de désaccords (2009—a finalist for the Prix Spirale), Carnet de délibérations (2011), Carnet de somme (2012) ; and the essay of correspondence, Absence Where As (Claude Cahun and the Unopened Book) (2009), first published in French as L’absence au lieu (Claude Cahun et le livre inouvert) (2007). Nathanaël's work has been translated into Basque, Greek, Slovene and Spanish (Mexico), with book-length publications in Bulgarian and Portuguese (Brazil), including Cadernos do Meio (2016), after the aforementioned notebooks, following their English language iteration, The Middle Notebookes (2015). The recipient of the Prix Alain-Grandbois for ...s’arrête ? Je (2008), Nathanaël’s extrinsic translations include works by Édouard Glissant, Danielle Collobert, Hervé Guibert, Catherine Mavrikakis, and Hilda Hilst (the latter in collaboration with Rachel Gontijo Araújo) ; among the poets from the Americas that she has translated into French are John Keene, Trish Salah, Reginald Gibbons, Daniel Borzutzky, and Rachel Gontijo Araújo. Nathanaël is a contributing editor to Recours au poème (France) and Aufgabe (U.S.A.). A Distinguished Visitor at the University of Alberta (Canada) in 2008, Nathanaël was received in 2011 at l’École Normale Supérieur de Lyon (France) on the occasion of a transdisciplinary symposium dedicated to questions raised by her work. The recipient of a Chalmers Arts Fellowship (2002) and residential bursaries from the British Centre for Literary Translation at the University of East Anglia (2003) and the Collège international des traducteurs littéraires (Arles, 2013), Nathanaël's translation of The Mausoleum of Lovers by Hervé Guibert has been recognized by fellowships from the PEN American Center and the Centre National du Livre de France. Her translation of Murder by Danielle Collobert was a finalist for a Best Translated Book Award (2014). Nathanaël’s first book of talks on translation, At Alberta (2008), is followed, in 2015, by the subsequent Asclepias : The Milkweeds.

NATHANAËL est l’auteure d’une vingtaine de livres écrits en anglais ou en français, dont le traité de l'intraduisible,
Sotto l'immagine (2014), le livre de séismes, Sisyphus, Outdone. Theatres of the Catastrophal (2012) ; le cycle de carnets, Carnet de désaccords (2009—finaliste du Prix Spirale), Carnet de délibérations (2011), Carnet de somme (2012) ; et l’essai de correspondance, L’absence au lieu (Claude Cahun et le livre inouvert) (2007), dont le versant auto-traduit se dit, Absence Where As (Claude Cahun and the Unopened Book) (2009). Parmi ses textes traduits, que ce soit en basque, en slovène, en grec ou en espagnol (Mexique), il y a la traduction en bulgare de deux livres (2006), soient L’injure et Je Nathanaël, et la traduction en portugais (Brésil, 2011) également de Je Nathanaël, qui sera suivi par une traduction des trois carnets susmentionnés rassemblés en un seul volume, Cadernos do Meio (2016), reprenant le titre du volume anglais, The Middle Notebookes (2015). La récipiendaire du Prix Alain-Grandbois pour ...s’arrête ? Je (2008), Nathanaël compte, parmi ses traductions extrinsèques, des ouvrages de Danielle Collobert, Édouard Glissant, Hervé Guibert, Catherine Mavrikakis, et Hilda Hilst (cette dernière en collaboration avec Rachel Gontijo Araújo) ; parmi les poètes des Amériques qu’elle a traduits en français, John Keene, Trish Salah, Daniel Borzutzky, et Rachel Gontijo Araújo sont à signaler. Nathanaël collabore régulièrement aux revues Recours au poème (France) et Aufgabe (U.S.A.). En 2008, Nathanaël a signé un livre de conférences, At Alberta, abordant la traduction. Il est suivi, en 2015, par Aslepias : The Milkweeds. Visiteur distingué à l’Université d’Alberta en 2008, Nathanaël a été reçue en 2011 à l’École Normale Supérieur de Lyon à l’occasion d’une journée d’études transdisciplinaires autour de questions soulevées par son écriture. La récipiendaire d’une Bourse de recherche Chalmers (2002) et d’une bourse résidentielle de la British Centre for Literary Translation à la University of East Anglia (2003) ainsi que du Collège international des traducteurs littéraires à Arles (2013), sa traduction du Mausolée des amants par Hervé Guibert a été reconnue par des bourses de la PEN American Center et du Centre National du Livre de France. Sa traduction de Meurtre par Danielle Collobert a été parmi les finalistes d’un Best Translated Book Award (2014).